Caribou

La propriété Estrades-Caribou est située dans le nord-ouest du Québec à environ 95 km au NE de la ville de La Sarre et est facilement accessible à partir de routes publiques et d’un chemin forestier qui se rend à l’ancienne mine Estrades.

La propriété consiste en deux blocs de claims contigus : les claims Estrades détenus en coparticipation avec First Quantum Minerals, et le bloc Caribou détenu à 100% par Yorbeau mais sujet à une entente avec IAMGOLD par laquelle IMG possède une redevance sur la production. De plus, la portion du bloc Caribou situé à moins de 2 km des claims Estrades sont aussi soumis à l’entente de copartipation avec First Quantum. 

L'intérêt de First Quantum est réduit à moins de 35% suite au refus d'Inmet de participer aux programmes d’exploration, et va continuer à diminuer au fur et à mesure que Yorbeau continue à financer seule les travaux.

Le projet Caribou se situe dans le prolongement ouest de l’horizon de la mine Estrades et les travaux effectués par Ressources Cogitore ont amené la découverte d’un nouveau gîte de sulfures massifs en février 2009. Cette découverte de sulfures massifs à Caribou est située 3,4 kilomètres à l’ouest de la mine Estrades le long du même horizon stratigraphique. Dix trous de forage ont recoupé un mince feuillet de sulfures massifs à haute teneurs  en cuivre, zinc, or et argent, avec une teneur pondérée de 2,8% Cu, 6,9% Zn, 1,1 g/t Au et 53 g/t Ag sur une longueur moyenne de 1,8 mètre. Bien que jusqu’ici les épaisseurs recoupées sont relativement minces dans tout scénario de production, il en demeure que les teneurs obtenues dans les sulfures massifs sont très élevées et témoignent d’un système minéralisateur de haute qualité. Avec les prix de métaux d’aujourd’hui, la valeur NSR (revenu net de fonderie) d’un tel matériel serait aux environs de $400 par tonne.  

Le gîte Caribou est un feuillet de sulfures massifs qui a été recoupé par forages relativement espacés jusqu’à une profondeur verticale de plus de 700 mètres. La minéralisation en sulfures massifs est accompagnée d’altération en chlorite et séricite dans les roches felsiques formant l’éponte inférieure, et l’environnement géologique est similaire à celui de la mine Estrades, excepté que les teneurs en cuivre sont nettement supéreures à celles retrouvées à Estrades. Les tufs lités qui contiennent les sulfures massifs sont semblables visuellement et chimiquement à ceux de l’horizon-repère de la « Tuffite – Clé » du camp minier de Matagami.

Considérant les hautes teneurs en métaux de base et précieux obtenues jusqu’ici, ainsi que la nature des gisements de sulfures massifs qui typiquement varient en épaisseur selon leur proximité des centres exhalatifs, il est proposé de continuer à tester l’extension du gîte Caribou en profondeur. À ce propos, il est intéressant de noter que le type de cibles recherchées à Caribou sont vraiment tri-dimensionnelles et ne s’étendent pas nécessairement jusqu’à la surface. Par exemple, le gisement de classe mondiale LaRonde d’Agnico Eagle, qui est un gisement de sulfures massifs volcanogènes situé dans la partie sud de la ceinture Abitibi, ne commence seulement qu’à environ 800 mètres de profondeur.  Les travaux futurs vont être concentrés sur la délimitation du gîte Caribou vers l’est et en profondeur, et sur l’exploration pour d’autres lentilles de sulfures massifs à l’ouest.

Finalement, la propriété étant située dans le prolongement d’une bande aurifère majeure (mine Casa Berardi : > 4 million d’onces d’or), le potentiel aurifère mérite d’être aussi évalué. En particulier, des intersections aurifères de 11.5 g/t d’or sur 1.5 mètre et de 7.4 g/t d’or sur 1.4 mètre, localisées dans la portion est de la propriété, méritent un suivi.